Episode neigeux au gymnase de Venoix (mardi 12 mars 2013)

 

Du lundi 11 mars au mercredi 13 mars 2013, une épaisse couche de neige a recouvert le Calvados. Cet épisode neigeux a paralysé le département et notamment la ville de Caen : université et écoles fermées, transports publics suspendus, commerçants et entreprises laissant leurs portes closes. Bien évidemment, par décret, les gymnases sont restés eux aussi fermés et les entrainements ont tous été annulés pendant ces trois jours.

Si les perturbations ont été très importantes, il n'en reste pas moins que le spectacle de notre "bon vieux" Cosec de Venoix sous la neige était particulièrement magique et surprenant. Ces photos prises lors de l'après-midi du mardi 12 mars 2013 permettront de garder en souvenir ces 3 journées étonnantes, dignes des plus belles stations de ski
 

Nos panneaux indicateurs ne voient passer aucun véhicule : les voitures ont quasiment toutes désertées les rues dans lesquelles seuls promènent de rares piétons
 
Cela fait de très longues heures qu'aucune voiture n'a emprunté le chemin menant à notre gymnase du Cosec de Venoix
 
 
La neige immaculée nous montre un paysage totalement transformé autour du gymnase ensevelli d'un blanc si pur
 
 
Mieux valait être chaudement habillé pour affronter le froid
 
Les différents accès au gymnase sont quasiment impraticables.
 
En recouvrant la végétation, la neige crée de magnifiques sculptures
 
Le toit du gymnase s'est paré lui aussi de son beau manteau blanc dont les revers forment des stalagtites impresionnantes.
 
Heureusement, les structures ont pu supporter le poids de la neige et contrairement à celui du parc expo, le toit du Cosec ne s'est pas effondré.
 
Une voiture abandonnée sur le parking, de la neige épaisse partout, des stalagtites descendant de toutes les goutières : bienvenue à la station pyrénéenne venoisienne !
 
Quelques mois après sa disparition, hommage à Neil Amstrong et à son "petit pas pour l'homme mais un grand pas pour l'Humanité"... en version bouche d'égout enneigée !
 

Photos : Harold Stettler